Blog Archives

tendance architecture : Paco House, un logement ultra compact et éco

Posted on by

La Paco House nous vient du Japonais Jo Nagasaka du cabinet d’architecture Schemata. C’est une petite merveille…
Vous voulez un espace à part dans votre jardin, alors lisez ce qui suit.

paco-house

La maison Paco a tout ce dont on a besoin dans seulement 3 m2 : Un hamac confortable pour dormir, un bureau de style japonais, un lavabo, des toilettes et une douche. Il n’est pas destiné à remplacer votre lieu de vie mais mais plutôt de le compléter. La maison Paco pourrait également s’agir d’une maison de plage, d’un bureau portable, enfin tout ce que vous voudrez !

De l’extérieur, la Paco House ressemble à un petit cube blanc.

En raison de ses petites dimensions, Paco ne nécessite pas d’infrastructure. 80% de la maison est fabriquée dans une usine. Ce logement est également éco-friendly : utilisation de l’énergie solaire, du vent, recyclage de l’eau et des toilettes.

paco-house-japon

L’intérieur de Paco House utilise un éclairage à base de LED. Quand les lumières s’éteignent, la lumière naturelle inonde l’espace par l’intermédiaire de la lucarne, composée de deux feuilles de verre avec de l’air piégé entre les deux pour éviter la condensation.

Cette habitation compacte est disponible en plusieurs version, suivant les différents équipements. Son prix varie entre 46 000 et 69 000 dollars.

Category: tendances

La construction en paille

Posted on by

Mine de rien, la construction en paille suit son grand bonhomme de chemin.

paille
Les bâtisseurs qui ont recours à ce matériau (naturel, sain, écologique, abondant… est-il besoin de le préciser ?) sont de plus en plus nombreux. Dans notre pays, beaucoup d’entre eux se sont maintenant regroupés au sein du Réseau français de la construction en paille pour partager leurs compétences, leurs savoir-faire, leurs réalisations, leurs projets et tout ce qui, de manière pratico-pratique, fait avancer le schmilblick du développement durable.

Il est à la fois tout proche et déjà bien lointain le temps où cette nouvelle manière de construire et d’habiter n’en était qu’à ses prémices concoctées plus ou moins secrètement par tel ou tel « fada ». Désormais, les chantiers succèdent aux chantiers, entremêlés de stages de formation ou de perfectionnement, à grands coups de convictions associatives et participatives. Qui plus est, les expériences personnelles et collectives dans notre bel Hexagone vont à la rencontre d’autres approches, au-delà de nos frontières. Bref, le mouvement est lancé et l’on ne voit pas, en cette étrange période où la Terre qui nous abrite risque de crever d’asphyxie et d’empoisonnement programmé, qui pourra bien l’arrêter.

Après les élans spontanés de quelques audacieux « compaillons » et autres bâtisseurs d’une autre planète, la construction en paille a maintenant pignon sur rue. Elle s’est structurée et repose sur une organisation qui, tout en privilégiant l’esprit associatif, n’en revêt pas moins un caractère très « pro ». Qu’on se le dise : on n’a pas affaire ici à une bande de Bobos en goguette, mais bien à de vrais bâtisseurs qui font appel à de vraies règles techniques pour construire de vraies maisons.

Il suffit pour s’en convaincre de consulter le numéro 2 d’ « Info Paille », le bulletin du Réseau français de la construction en paille. Il y est notamment question de règles professionnelles, de formation, de centre de ressources, d’assurances construction… Par ailleurs, mention y est faite de nombreuses initiatives, rencontres ou réalisations illustrant une commune approche de l’art de bâtir.

« Cette année devrait être un grand millésime pour la construction paille » affirme, sans ambages ni fausse modestie, Philippe Liboureau, co-administrateur du Réseau français de la construction en paille. Nous voilà donc avertis ! Un commun élan d’optimisme et de réalisme écologique va bel et bien continuer d’inspirer Philippe et ses compagnons « pailleux« . Ce sera tout, sauf… un feu de paille !

Category: Non classé

Maisons d’animaux pour jardin biologique

Posted on by

Amis du jardin biologique, les coccinelles, les crapauds, les grenouilles, les hérissons, les chauves-souris, l’orvet… sont de plus en plus menacés. Voici une manière de les protéger en achetant ou en fabriquant une maison qui les abritera pendant l’hiver. Chaque espèce possède un type architectural l’aidant à faire face aux prédateurs.

Les coccinelles nous aident efficacement à lutter contre les pucerons. Pensons à les protéger en installant leur future maison sud-est contre un arbre, proche d’un de leurs arbustes préférés comme le noisetier ou le cornouiller.

Quant à la grenouille, un coin frais ombragé où l’habitation (cela peut-être un tas de foin ou de fumier) sera installée au raz du sol, à côté d’un tas de pierre, d’une mare, près du jardin serait l’idéal. La grenouille est une dévoreuse d’insectes, de limaces, d’escargots et vers de terre. C’est le même dispositif que l’on peut observer chez l’orvet. Celui-ci fait l’objet d’une protection sur tout le territoire national.

maison-insectes

Accueillir l’hérisson, le temps du passage de l’hiver  dans un abri de bois ou une cavité de terre mélangée à des pierres sous un buisson. Laisser de l’herbe coupée à proximité pour qu’il fasse son  nid.

Et pour nos petites chauves-souris qu’il est indispensable de sauver pour la bonne raison qu’elles sont indispensables dans nos jardins et inoffensives malgré la mauvaise réputation.  Insectivores voraces de moustiques, de mouches, de moucherons. Si vous voulez les aider, fixer des maisons par petits groupes entre 3 mètres et 5 mètres de haut sur un tronc d’arbre.

Category: tendances

tendance : la maison sur la plage

Posted on by

Aujourd’hui, direction l’Uruguay, et plus précisément la plage de Punta del Este, pour découvrir la résidence Boyita, œuvre du studio Martin Gomez Arquitectos.

maison-plage

La résidence se compose de 5 blocs, 5 entités reliées entre elles par des galeries et salons extérieurs. Le bâtiment principal accueille le salon et la salle à manger et s’ouvre sur la piscine. Au centre de la résidence, il est protégé du vent par les autres bâtiments qui eux accueillent des chambres d’hôtes.

Côté matériaux, béton, métal, verre et bois dominent.

Category: Non classé

Faites facilement des économies d’énergie : changez vos fenêtres !

Posted on by

Les pertes d’énergie sont souvent occasionnées par des déperditions au niveau des ouvrants : les portes et les fenêtres. Profitez  d’un crédit à la construction ou  du crédit d’impôt pour effectuer un changement de fenêtres.

fenetres

Changer les fenêtres de votre maison

Changer les fenêtres de votre habitation ou en créer de nouvelles s’apparente à modifier la physionomie d’un visage connu. Il s’agit ni plus ni moins que de changer les yeux de votre maison ! Cette opération commence par la modification des ouvertures « les orbites » de votre logement : par la dépose partielle ou totale de vos huisseries existantes ou le percement de nouvelles ouvertures dans le toit ou les murs. Pour profiter pleinement de ce surcroît de lumière, il faut, au préalable, bien choisir les huisseries : leur matière, leur couleur mais aussi leur mécanisme d’ouverture et leur dispositif de protection.

Choisir le bon matériau pour vos nouvelles fenêtres

Avant de vous fixer sur la couleur des huisseries extérieures de votre maison, il vous faut choisir le matériau adéquat. Du bois, très isolant et acceptant toute finition mais devant être entretenu régulièrement ? De l’acier, robuste mais peu isolant ? Du PVC, isolant, imputrescible et ne nécessitant aucun entretien mais à l’esthétique relative ? Ou de l’aluminium thermo-laqué, résistant, léger, adapté aux grandes surfaces, nécessitant peu d’entretien, mais très cher ? Votre choix influera directement sur l’apparence générale de votre habitation mais aussi sur ses performances thermo-acoustiques.

Opter pour le bon double-vitrage pour un changement de fenêtres réussi

Les yeux de votre maison ne peuvent se passer du double vitrage, lequel représente un gain réel d’énergie et de confort acoustique. Si ce double vitrage est revêtu en plus d’une couche à faible émissivité il prend la fonction d’Isolation Thermique Renforcée ( ITR ) et devient alors 2 fois plus isolant d’un double vitrage classique.

Category: contemporain